studio1984 – AJAP 2014

02 BIS

PIERRE FERME -RÉHABILITATION LOURDE

02
 Type de marché: Commande directe
 Maître d’ouvrage : Privé
 Maître d’oeuvre : Architectes- STUDIO1984
 Mission effectuée : Mission complète+ EXE
 Calendrier opération: en chantier (phase 2)
 Surface : 180 m2
 Coût des travaux : sans objet
 Localisation : Langon-35660

 

 

01 02 BIS
03 0406

Au cours de nos études d’architecture, nous avons voulu créer un lieu d’expérimentations sociale et architecturale. À l’issue d’une longue recherche, nous avons finalement acquis un terrain très bon marché, mais non constructible, sur lequel demeuraient les ruines d’une longère en pierre sèche. Il était donc possible d’obtenir un permis de construire à condition d’entrer dans le cadre d’une réhabilitation ce qui, compte tenu de l’état de dégradation du bâti, relevait d’un cas limite.
Le permis finalement accepté, a alors débuté un chantier expérimental fastidieux, parce que doté d’un budget extrêmement limité, mais porté par une dynamique collective forte.
Abandonnée depuis plus de 50 ans, la maçonnerie devait être en grande partie remontée. Alors qu’il eut été bien plus rapide de reprendre l’existant avec des techniques contemporaines, la logique du réemploi des pierres de l’ancienne bâtisse s’est imposée pour des raisons de coût et nous a conduits à redécouvrir la technique traditionnelle de maçonnerie de pierre sèche.
Il va sans dire que la reconstruction des murs de 60 cm d’épaisseur a constitué un travail aussi laborieux que passionnant. La charpente également auto construite avec une majorité de bois récupérs est dans un premier temps couverte par du bac acier lui aussi issu d’un chantier de démolition. Par ailleurs, le chantier est conçu comme un laboratoire des techniques alternatives de réhabilitation (dalle isolante en pouzzolane sur hérisson traditionnel posé sur champ à la main, isolation chaux chanvre, etc.).
C’est aussi une expérimentation sociale, puisque travailler ensemble dans un cadre non professionnel soulève un grand nombre de questions sur l’autorité et la légitimité de l’architecte/chef de chantier face à l’initiative individuelle et à la dynamique collective.

Entre les murs en pierre sèche rénovés à la géométrie chaotique, l’espace habitable s’inscrit comme une greffe assumant la rigueur de ses procédés constructifs contemporains. Réalisé en autofinancement (pas d’emprunt) et en auto construction la conception de ce projet a dû être pensée en termes de phases étalant dans le temps les efforts en main-d’œuvre et en investissement. L’évolutivité de l’espace habitable et de ses usages dans le temps long induit de conserver le plan le plus libre et les distributions les plus neutres possible. La constitution de plusieurs enveloppes isolées permettra d’adapter le volume chauffé au niveau d’occupation.
Les techniques mises en œuvre sont liées à la pratique massive du réemploi (pierre/bois/couverture/menuiseries) participant tant d’une démarche d’écoconstruction que d’économie du projet.