studio1984 – AJAP 2014

STRUCTURE MULTI-ACCUEIL DE 99 BERCEAUX ET UN CENTRE PMI

Lieu: Paris XV
Type de marché: Concours – Classé 2ème
Maître d’ouvrage : Paris Habitat

Maître d’oeuvre : Studio 1984 mandataire
BET Structure – Batiserf
BET Fluides, Thermique, HQE – AI Environnement
Economiste – BMF
BET Acoustique- GAMBA
Paysagiste – Troisième Paysage

Calendrier opération : Concours Janvier 2017
Surface : Crèche – 1 005 m², PMI – 257 m²
Coût des travaux : 4 700 000 HT

La constitution d’une ruelle vers le cœur d’îlot, rappelle la présence sur le site de l’ancienne impasse Dury détruite dans les années 50 et invite à interroger l’imaginaire de l’architecture de faubourg, entre passage, impasse et cours. Révélant le palimpseste historique du tissu parisien, le projet conçu comme une suture urbaine fait résonner cette épaisseur de l’héritage spatial du quartier. L’évocation de cette architecture de faubourg modeste et fonctionnelle résonne avec la volonté de proposer une architecture sobre et discrète qui reflète la fonction domestique et quotidienne de l’équipement de petite enfance.

L’écriture architecturale du projet puise dans ce registre de simplicité en réinterprétant la technique vernaculaire du pan de bois. La construction bois s’impose aisément en raison de sa légèreté, limitant les moyens de levages et de son excellent bilan carbone. Pour autant, l’enveloppe extérieure du bâtiment, fortement sollicitée dans ce contexte urbain, doit présenter une pérennité qu’une vêture bois ne peut offrir. Le bâtiment en ossature bois est donc vêtu d’un mur manteau en brique autoporteuse enchâssé dans des cadres en bois massif. La mise en place d’appareillage de brique évidée formant moucharabieh permet de dissimuler les grilles de ventilation notamment du parking, mais également de ventiler naturellement largement la journée en garantissant la sécurité des enfants et la nuit en protégeant le bâtiment de l’intrusion. Ils produisent à l’intérieur des jeux d’ombre et une lumière tamisée. Seuls deux volumes techniques en zinc émergent en toiture, ils renforcent les alignements sur la cour voisine et en articulent l’échelle. La sobriété des façades contraste avec le foisonnement de la végétation en toiture, qui dessine depuis la résidence un véritable paysage.